Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Association des Familles du Vésinet

Association des Familles du Vésinet

Se rencontrer - S'informer - S'entraider

Les réseaux sociaux et la famille

 

L'URAF IDF et les Académies de Créteil et de Versailles ont organisé une conférence débat sur le thème des réseaux sociaux et de la famille, avec la participation d'un journaliste spécialisé, d'un représentant de l'Académie de Versailles spécialiste des NTIC, d'une juriste de la CNIL et du directeur juridique de Microsoft. Voici les principaux points abordés :

 

Quelques données :

Monde: 72 % des internautes soit 940 millions de personnes sont membres de réseaux sociaux, dont 51 % pour Facebook.

France : 75 % des internautes sont sur un réseau social, dont 73% sur Facebook. Nombre moyen d’amis par membre : 195. Utilisation : 2 connexions par jour à 94% pour envoyer des photos. Typologie : 47% de passifs, 26% d’accros ou addicts, 14% de voyeurs, 13% d’occasionnels. Tous les âges de la vie sont concernés : 1/3 de + de 45 ans.

Europe : 25% des 9/10 ans ont un profil (interdiction théorique avant 13 ans !!), 72% des 13 ans ont un profil.


CNIL : autorité administrative indépendante chargée de la protection des données personnelles. Le danger , c’est le couplage des NTIC entre elles et la perte de maîtrise des données . Les enfants ne distinguent pas toujours l’identité (en Europe, c’est une notion stable et invariante) de la personnalité (qui peut être modifiée, effacée). Aux USA la perception est inverse . Il y a danger car le droit à l’oubli n’existe pas sur Internet. Lors de la clôture d’un compte, les données sont encore conservées pendant une durée variable et floue. La CNIL est saisie quand un internaute se plaint que ses données ne sont pas effacées ou rectifiées malgré ses demandes. Besoin de beaucoup de « pédagogie  numérique » pour recentrer les jeunes internautes sur les notions de base (identité, intimité, vie privée) à inscrire aux programmes d’instruction civique.


Académie de Versailles : les réseaux sociaux sont des outils formidables, qui sont déjà entrés dans l’école avec aussi quelques problèmes : ex diffusion d’appréciations contre les profs. Recherche de bonnes pratiques : débats parents/professeurs, formation des profs, instauration de pages Facebook pour la vie lycéenne


UNAF : risque de fracture numérique entre enfants et parents si ceux-ci ne connaissent pas les outils : angoisse, impossibilité d’accompagner leurs enfants, tendance à réglementer aveuglément l’usage d’internet; éduquer , mettre en paroles les difficultés, établir un dialogue intergénérationnel. Débat avec la salle qui considère que l’accès aux NTIC dans les familles est très inégal selon les zones et l’appartenance sociale.

 

Microsoft : Microsoft comme d'autres entreprises de NTIC a signé certaines chartes de bonne conduite. Démarche : Mise en place de dispositifs techniques sur les navigateurs dès leur conception, clarification des règles applicables aux réseaux sociaux (souvent très complexes) pour éviter la commercialisation de données privées. Education et pédagogie : c’est une affaire de dialogue parents/enfants ; les entreprises ne doivent pas s’en mêler


Olivier Levard , journaliste : les réseaux sociaux « humanisent » internet, mais certains comme Facebook se comportent en voyou. Ils imposent une idée de la transparence et par là des normes sociales. Facebook ne répond pas aux problèmes qui lui sont signalés. Facebook doit rendre des comptes. Facebook, bien qu’il s’en défende sait tout sur les profils qu’il abrite le ciblage des publicités que les membres de Facebook reçoivent ne doit pas surprendre ! Le vrai danger actuel des réseaux sociaux , ce n’est pas les prédateurs sexuels, mais c’est la pression sociale et la violence qu’elle induit (victimisation publique de certaines personnes 24h/24h). Face à ce danger, ceux qui sont le plus exposés ne sont pas ceux qui maîtrisent moins bien l’outil, mais ceux qui sont moins bien éduqués , qui ont un moindre esprit critique.

 

Dans les familles éviter de laisser l’enfant avec un ordinateur seul dans sa chambre : sinon pas de dialogue, plus de risque .



Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article