Les objets connectés source de danger pour les enfants

Publié le par Association des Familles du Vésinet

Téléphones portables, tablettes tactiles, jouets ou objets connectés... Les enfants utilisent de plus en plus d'appareils émettant des ondes électromagnétiques. Selon l'Anses, cette exposition peut avoir des conséquences néfastes pour les plus jeunes. Face à ces dangers, elle plaide pour un usage modéré et encadré des nouvelles technologies par les enfants.

Les ondes électromagnétiques émises notamment par les téléphones portables, les tablettes, les objets ou les jouets connectés peuvent avoir des effets sur les fonctions cognitives des enfants, c'est-à-dire sur leur mémoire, leur attention ou leur aptitude à accomplir une tâche, révèle l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) dans un rapport. En effet, "les enfants peuvent être plus exposés que les adultes en raison de leurs spécificités morphologiques et anatomiques, et notamment de leur petite taille, ainsi que des caractéristiques de certains de leurs tissus", affirme l'Anses. Selon elle, certaines zones, au niveau du cerveau notamment, sont plus sensibles aux ondes.

Dans son rapport, l'Agence constate qu'à la différence des anciennes générations, les enfants d'aujourd'hui sont exposés aux radiofréquences dès leur plus jeune âge "et même potentiellement dès la phase de développement in utero".

Mieux encadrer l'usage du portable chez les jeunes

Sans affirmer que les tablettes, portables et autres objets connectés doivent être interdits aux plus jeunes, l'Anses appelle à la prudence. Elle recommande aux parents d'inciter leurs enfants à "un usage modéré" des téléphones portables et à utiliser le plus souvent possible un kit mains-libres. Concernant les conséquences observées de ces appareils sur le bien-être des enfants (anxiété, sommeil, fatigue), par exemple, l'Agence explique que "l'effet observé pourrait être davantage lié à l'usage fait des téléphones portables plutôt qu'aux radiofréquences elles mêmes".

L'Anses réclame également que les règles en matière de contrôle des niveaux d'exposition et d'information du public soient les mêmes pour tous les appareils radioélectriques tels que pour les téléphones, en particulier pour ceux destinés aux enfants.

Le Particulier - juillet 2016

Publié dans nos publications

Commenter cet article